Chargement…

Marcher et vivre l’aventure !

Il y a quelque temps, au moment où je ne pouvais plus faire taire l’appel du grand air, j’ai fait une erreur très éducative : Inspirée par mes lectures et par les figures formidables des grands explorateurs de notre temps, j’ai décrété que j’allais gagner ma place à leurs cotés dans le saints des saints des aventuriers. Pour ce faire, j’ai résolu de traverser la Chine du Sud au Nord, à pied et en solitaire ! Si si ! Et en passant par le désert de Gobi en plus… J’ai acheté des kilos de cartes et de bouquins et j’ai potassé tout ça, recluse dans le Luberon. Quand j’ai réalisé le temps qu’il me faudrait, j’ai paniqué. Après avoir retourné la carte dans dans tous les sens, en vain, j’ai déprimé, accusé la société de tous mes maux, et puis j’ai boudé.

Plus tard, dans ma torpeur, je me suis rappelée les aventures déjà vécues : les nuits sous les étoiles, les traversées de forêt à l’azimut, les grandes randonnées entre amis, les journées à 10 euros en Afrique du sud, et cette mémorable soirée dans la montagne Arménienne, parmi les apiculteurs, arrosée de Vodka ! Et j’ai eu cette épiphanie : il n’y a pas de « petite » aventure !

C’est simple, rares sont ceux et celles qui sont programmés pour l’itinérance. Alors, au début, on est tous des aventuriers en carton. C’est normal, c’est comme tout, ça s’apprend, ça se prépare, il y a des étapes ! Et le niveau 1 est loin d’être un lot de consolation. Moi il me fait encore de jolies émotions. Qu’on se le dise : l’aventure ce n’est pas un exploit, c’est un état d’esprit !

Par |27 juillet 2018|Billets|

Un commentaire

  1. Marc 30 juillet 2018 à 21 h 45 min - Répondre

    Très chouette article

Laisser un commentaire