Chargement…

Marcher… Et pourquoi pas seul(e) ?

La solitude est un état que le citadin ne connait plus ! En ville on a toujours quelqu’un collé à soi, qu’on le veuille ou non d’ailleurs, un ami, un collègue, un voisin envahissant… On ne se sait plus vraiment ce que c’est que d’être seul. Alors, comme on agit souvent face à l’inconnu, on fait mine de ne pas s’y intéresser, et on fuit. Pire encore, on en vient à confondre le calme et l’ennui, la solitude deviendrait presque un peu honteuse. Et pourtant, il y a autant de bonheur à trouver dans l’exil volontaire que dans l’effervescence amicale ! Pour le trouver, certains s’en vont habiter des cabanes en Sibérie, mais on peut tout aussi bien tenter l’expérience à coté de chez soi, le temps d’un week-end…

Et maintenant parlons un peu de vécu ! Si les premières tentatives sont toujours fructueuses, les débuts sont souvent ingrats. Combien de fois ai-je rêvé au grand départ, dit à qui voulait l’entendre combien j’avais hâte d’aller marcher seule, et pourtant deux jours avant, systématiquement, j’ai eu envie de tout annuler pour rester avec les êtres chers au bar de la plage… Le premier secret pour partir quand même ? Se dé-culpabiliser. Bien sur que s’isoler c’est un peu contre nature. Et ce n’est pas parce qu’on a peur qu’on n’est pas bâti pour l’aventure ! Alors faites fi de cette petite voix qui vous dit le contraire et sortez de chez vous ! Le deuxième secret : bouger. Habiter son silence. Marcher par exemple !

Les premiers kilomètres, en général, je me parle à moi-même, et à haute voix. Heureusement que le ridicule ne tue pas ! Et puis un soir en plantant ma tente, dans un champs, quelque part, je réalise que je n’ai plus rien à me dire. Je veille devant un feu qui danse, entourée d’un crépuscule mystérieux, et je ne pense plus à rien. Enfin en apparence… car je l’affirme : les meilleures idées que j’ai eues, et les plus belles décisions de ma vie, sont nées dans ces moments de paix que je me suis offerts.

Par |7 juillet 2018|Billets|

Laisser un commentaire